Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

L’exégèse du Coran - Tafsîr al-Qurân

L’exégèse du Coran - Tafsîr al-Qurân

Le commentaire du Coran est ce qu’il y a de plus important pour avoir une bonne compréhension du Livre d’Allah ta‘ala. Ce blog vous propose la plus grande compilation en ligne des plus grand Moufasirin. Abonez-vous a notre Newsletter afin d’être tenue au courant des nouveautés. Baraka l-Lahou fikoum.


Le Coran [Qur’ân] est la parole d’Allâh ? (Ibn Qutaybâ)

 Le Coran [Qur’ân] est la parole d’Allâh ?


Par l’Imâm Ibn Qoutayba

 


Avant propos

 

La louange toute entière appartient à  Allâh, le Seigneur des mondes, et que Ses prières et bénédictions soient sur notre Prophète bien aimé Mouhammad http://www.ansar-alhaqq.net/forum/images/smilies/saws.gif, sur sa sainte famille et ses nobles compagnons.

 

La foi en Allâh et en Ses Livres inclut de croire que le Coran est Sa parole, descendue et incréée. C‘est de Lui qu‘il est venu, et c‘est à Lui qu‘il revient.

 

Cela inclut également de croire qu‘Allâh l‘a réellement dit, et que ce Coran descendu à l‘attention de Muhammad -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- est la parole réelle d‘Allâh, et non celle d‘un autre. En outre, il n‘est pas permis de dire que le Coran rapporte, traduit ou exprime la parole d‘Allâh.

 

Même si le coran est récité ou écrit dans les Moushaf (feuillets) il n‘en demeure pas moins la parole d‘Allâh au sens propre. En effet, la parole est attribuée réellement à celui qui la dit à l‘origine et non à celui qui la prononce pour la transmettre ou la rapporter.

 

Le Coran est la parole d‘Allâh dans ses lettres et ses significations ; Sa parole ne se résume pas aux lettres en dehors de ses significations ni aux significations en dehors de ses lettres.

 

 

Question :

 

Vous enseignez que :

 

  •         Le cœur du Coran est [la sourate] « Yâ-Sîn »,

 

  •        La bosse du Coran est [la sourate] « Al-Baqara »;

 

  •       [les sourates] « Al-Baqara » et « Ali-‘Imrân » viendront au Jour de la Résurrection, comme deux nuages, ou deux ombrages, ou deux vols d'oiseaux aux ailes étendues;

 

  •       Le Coran viendra vers l'homme dans sa tombe et lui dira telle ou telle chose.

 

Tout cela prouve que le Coran est créé. Il est impossible que ce qui a un cœur, une bosse, ou ce qui est un nuage ou un ombrage soit incréé.

Réponse :

 

 

L‘Imâm Ibn Qoutayba (mort en l'an 276 de l'Hégire) -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit en réponse à cette question :

 

« Nous affirmons qu'il aurait convenu que ces gens, amateurs de "kalâm"[1] et de raisonnement analogique, se rendissent compte que le Coran n'est point un corps, et qu'il n'a ni limites, ni régions.

 

Par l'expression « la bosse du Coran », il -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- visait seulement que la sourate " La vache " en est le point culminant, tout comme la bosse du chameau en est le sommet.

 

Par l'expression « le coeur du Coran est la sourate Yâ Sîn », il -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- visait que cette sourate est au Coran ce que le coeur est au corps.

 

Par la phrase « Les sourates Al-Baqara et Ali-‘Imrân viendront comme deux nuages », il -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- visait que la récompense [inhérente à la récitation] de ces deux sourates viendra ombrager le récitant au Jour de la Résurrection.

 

[Enfin], la récompense [inhérente à la lecture du Coran] viendra sur l'homme dans sa tombe. [Le Coran] viendra auprès de l'homme au Jour de la Résurrection afin de discuter son cas. On peut admettre qu'Allâh incarne [à ce moment] le Coran dans un être qui plaidera sa cause et le sauvera.

 

[Chaîne de transmission jusqu'à], le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallâm- a dit : « Au Jour du Jugement, le Coran sera incarné dans un homme. On fera alors comparaître l'être humain qui aura négligé les obligations rituelles [prévues par le Coran], outrepassé ses lois, refusé de s'y conformer et résolu de lui désobéir.

 

[Le Coran] s'érigera alors en accusateur et dira : « Hélas, Seigneur ! Tu m'as confié à un mauvais porteur qui a négligé mes obligations, outrepassé mes lois, refusé de m'obéir et péché contre moi ! »

 

Il ne cessera de porter témoignage contre lui jusqu'à ce qu'on lui dise : « Alors, fais-en ce que tu veux ! »

 

Et le Coran saisira l'homme par un bras et ne le lâchera que pour le précipiter la tête la première dans le Feu.

 

[Puis] on amènera un homme qui aura respecté les lois coraniques, accompli les obligations rituelles, accepté de lui obéir et évité de pécher contre lui.

 

[Le Coran] s'érigera en avocat et dira : « Seigneur, Tu m'as confié à un bon porteur. Il a respecté mes lois, accompli mes obligations, accepté de m'obéir et évité de pecher contre moi ! »

 

On lui dira alors : « Alors, fais-en ce que tu veux ! Et il le saisira par un bras et ne le lâchera pas avant de l'avoir revêtu d'une tunique de soie brodée d'or, d'avoir placé sur sa tête une couronne royale, et de l'avoir abreuvé avec la coupe de l'éternité. »

 

[Ensuite l'imâm continue :] N'y a-t-il pas dans l'expression « le Coran sera incarné » une preuve qu'il lui sera donné une apparence, afin que l'homme qui l'aura suivi et respecté sache que c'est le Coran qui le sauve ?

 

Le Coran en lui-même n'est ni un homme ni un corps matériel, et il ne parle pas, car il est lui-même la Parole.

 

Si ces gens réfléchissaient attentivement et bénéficiaient d'un tant soit peu d'aide divine, ils sauraient qu'il est impossible d'admettre que le Coran est créé, car il est la Parole d'Allâh.

 

La Parole d'Allâh est d'Allâh, et ce qui est d'Allâh ne saurait être créé. »

 

 

Source : Kitâb Ta’wîl Mukhtalif al-Hadîth.

 



[1] Par ce terme, on désigne la dialectique, la théologie et la philosophie scolastique. Des sectes égarés ont intégré dans la religion une pseudo-science appelée en arabe « 'ilm al-kalâm » (la science du kalâm). Cette science s'inspire de la philosophie grecque. Le terme « Kalâm» est surtout utilisé par les théologiens scolastiques tels que les Mou'tazilites, les Ach'arites et les Matouridites. En réalité, c'est une innovation (bid'a) rejetée et inacceptable car elle consiste à parler d'Allah sans connaissance et contredit la manière des Pieux prédécesseurs dans l'établissement des dogmes. Le Kalâm consiste à chercher à percer les mystères qui sont liés au divin uniquement par la raison et les principes de la philosophie, et ce au détriment de la Révélation (Coran et Sounna authentique). On appelle "moutakkalim" toute personne suivant les principes de cette pseudo-science dite du kalâm.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents