Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’exégèse du Coran - Tafsîr al-Qurân

L’exégèse du Coran - Tafsîr al-Qurân

Le commentaire du Coran est ce qu’il y a de plus important pour avoir une bonne compréhension du Livre d’Allah ta‘ala. Ce blog vous propose la plus grande compilation en ligne des plus grand Moufasirin. Abonez-vous a notre Newsletter afin d’être tenue au courant des nouveautés. Baraka l-Lahou fikoum.


« Lorsque vous entendez qu’on renie les versets (le Coran) d’Allah et qu'on s'en raille, ne vous asseyez point avec ceux-là.. » ; Sourate 4 [An-Nissâ’], Verset 140

Publié par L’exégèse du Coran - Tafsîr al-Qurân sur 13 Octobre 2011, 04:44am

Catégories : #Qourtubî

Verset :


  وَقَدْ نَزَّلَ عَلَيْكُمْ فِي الْكِتَابِ أَنْ إِذَا سَمِعْتُمْ آيَاتِ اللّهِ يُكَفَرُ بِهَا وَيُسْتَهْزَأُ بِهَا فَلاَ تَقْعُدُواْ مَعَهُمْ حَتَّى يَخُوضُواْ فِي حَدِيثٍ غَيْرِهِ إِنَّكُمْ إِذًا مِّثْلُهُمْ إِنَّ اللّهَ جَامِعُ الْمُنَافِقِينَ وَالْكَافِر ِينَ فِي جَهَنَّمَ جَمِيعًا

 

« Wa Qad Nazzala `Alaykum Fī Al-Kitābi 'An 'Idhā Sami`tum 'Āyāti Allāhi Yukfaru Bihā Wa Yustahza'u Bihā Falā Taq`udū Ma`ahum Ĥattá Yakhūđū Fī Ĥadīthin Ghayrihi 'Innakum 'Idhāan Mithluhum 'Inna Allāha Jāmi`u Al-Munāfiqīna Wa Al-Kāfirīna Fī Jahannama Jamī`āan »

 

« Dans le Livre, il vous a déjà révélé ceci : lorsque vous entendez qu’on renie les versets (le Coran) d’Allah  et qu'on s'en raille, ne vous asseyez point avec ceux-là jusqu’à ce qu’ils entreprennent une autre conversation. Sinon, vous serez comme eux. Allah rassemblera, certes, les hypocrites et les mécréants, tous, dans l’Enfer. »

 

[Sourate 4, verset 140]

 

 

 

Commentaire :

 

L’Imâm Al-Qourtubî -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a dit :

 

تفسير القرطبي:

 

قوله تعالىٰ: {وَقَدْ نَزَّلَ عَلَيْكُمْ فِي ٱلْكِتَابِ أَنْ إِذَا سَمِعْتُمْ آيَاتِ ٱللَّهِ يُكَفَرُ بِهَا وَيُسْتَهْزَأُ بِهَا} الخطاب لجميع من أظهر الإيمان من مُحِقّ ومنافق؛ لأنه إذا أظهر الإيمان فقد لزمه أن يمتثل أوامر كتابِ الله. فالمنزَّل قوله تعالىٰ: {وَإِذَا رَأَيْتَ ٱلَّذِينَ يَخُوضُونَ فِيۤ آيَاتِنَا فَأَعْرِضْ عَنْهُمْ حَتَّىٰ يَخُوضُواْ فِي حَدِيثٍ غَيْرِهِ} (الأنعام: 68). وكان المنافقون يجلسون إلى أحبار اليهود فيسخَرون من القرآن. وقرأ عاصم ويعقوب «وقد نَزَّل» بفتح النون والزاي وشدّها؛ لتقدّم اسم الله جلّ جلاله في قوله تعالىٰ: {فَإِنَّ ٱلعِزَّةَ للَّهِ جَمِيعاً}. وقرأ حُميد كذلك، إلاَّ أنه خفّف الزاي. الباقون «نُزِّل» غير مسمى الفاعل. {أَنْ إِذَا سَمِعْتُمْ آيَاتِ ٱللَّهِ} موضع {أَنْ إِذَا سَمِعْتُمْ} على قراءة عاصم ويعقوب نصب بوقوع الفعل عليه. وفي قراءة الباقين رفع؛ لكونه ٱسم ما لم يسم فاعله. {يُكَفَرُ بِهَا} أي إذا سمعتم الكفر والاستهزاء بآيات الله؛ فأوقع السماع على الآيات، والمراد سماع الكفر والاستهزاء؛ كما تقول: سمعت عبد الله يُلام، أي سمعت اللوم في عبد الله.

 

قوله تعالىٰ: {فَلاَ تَقْعُدُواْ مَعَهُمْ حَتَّىٰ يَخُوضُواْ فِي حَدِيثٍ غَيْرِهِ} أي غير الكفر  .

{إِنَّكُمْ إِذاً مِّثْلُهُمْ} فدل بهذا على وجوب اجتناب أصحاب المعاصي إذا ظهر منهم منكر؛ لأن من لم يجتنبهم فقد رضِي فعلهم، والرّضا بالكفر كفر؛ قال الله عزّ وجلّ: {إِنَّكُمْ إِذاً مِّثْلُهُمْ}. فكل من جلس في مجلس معصية ولم ينكِر عليهم يكون معهم في الوِزر سواء، وينبغي أن ينكِر عليهم إذا تكلموا بالمعصية وعمِلوا بها؛ فإن لم يقدر على النكِير عليهم فينبغي أن يقوم عنهم حتى لا يكون من أهل هذه الآية. وقد روي عن عمر بن عبد العزيز (رضي الله عنه) أنه أخذ قوماً يشربون الخمر، فقيل له عن أحد الحاضرين: إنه صائم، فحمل عليه الأدب وقرأ هذه الآية {إِنَّكُمْ إِذاً مِّثْلُهُمْ} أي إن الرضا بالمعصية معصية؛ ولهذا يواخذ الفاعل والراضي بعقوبة المعاصي حتى يهلكوا بأجمعهم. وهذه المماثلة ليست في جميع الصفات، ولكنه إلزام شبِّه بحكم الظاهر من المقارنة؛ كما قال  :

 

فكل قرين بالمقارِن يقتدي وقد تقدّم. وإذا ثبت تجنّب أصحاب المعاصي كما بيّنا فتجنب أهل البدع والأهواء أولى. وقال الكلبيّ: قوله تعالىٰ {فَلاَ تَقْعُدُواْ مَعَهُمْ حَتَّىٰ يَخُوضُواْ فِي حَدِيثٍ غَيْرِهِ} نسخ بقوله تعالىٰ: {وَمَا عَلَى ٱلَّذِينَ يَتَّقُونَ مِنْ حِسَابِهِم مِّن شَيْءٍ} (الأنعام: 69). وقال عامة المفسرين: هي محكمة. وروى جويبر عن الضحاك قال: دخل في هذه الآية كل محدِث في الدين مُبْتَدِع إلى يوم القيامة.

 

« « Dans le Livre, il vous a déjà révélé ceci : lorsque vous entendez qu’on renie les versets (le Coran) d’Allah  et qu’on s’en raille »[1], le discours s’adresse à l’ensemble de ceux qui ont manifesté de la foi, qu’ils soient sincères ou hypocrites, car si quelqu’un fait preuve de foi, alors il est nécessaire qu’il se conforme aux commandements du Livre d’Allah. Voici ce qui fut révélé par Allah à ce sujet : « Quand tu vois ceux qui pataugent dans des discussions à propos de Nos versets, éloigne-toi d'eux jusqu'à ce qu'ils entament une autre discussion. »[2].

 

Les hypocrites allaient s’asseoir auprès des rabbins juifs, et se moquaient du Coran. ‘Âsim et Ya‘qoub ont lu « wa qad nazzala »[3] en vocalisant par la “fatha” (voyelle “a”) et en redoublant le “zây” (“z”), pour mettre en avant le nom d’Allah, que Sa majesté triomphe, lorsque le Très-Haut dit : « Or en vérité la puissance appartient entièrement à Allâh. »[4]. Hamayd a fait une lecture presque identique, à ceci près qu’il ne redouble le “zây” (“z”). Les autres lecteurs lisent « wa qad nouzzila »[5], c’est-à-dire qu’ils emploient la vocalisation de la voix passive. « an idha sami‘toum ayati Allahi »

 

[…]

 

Selon les lectures de ‘Âsim et Ya‘qûb, on doit lire « ayati Allahi », c’est-à-dire avec la déclinaison du cas direct (al-nasb) car il est complément d’objet direct du verbe « sami‘toum » (entendez). Pour les autres lecteurs du Coran, on doit lire « ayatou llahi », c’est-à-dire au cas sujet (al-raf‘) car il est complément d’agent du verbe « youkfar », qui est à la voix passive.

 

[…]

 

Lorsqu’on lit « youkfarou bihâ »[6], le mot “auxquels” renvoie aux versets auxquels on mécroit et dont on se moque. De la même manière, lorsque, par exemple, on dit en arabe “J’ai entendu ‘Abd Allah être blâmé”, on veut dire “J’ai entendu le blâme sur ‘Abd Allah”.

 

Lorsque le Très-Haut dit : « alors ne vous asseyez point avec ceux-là jusqu’à ce qu’ils entreprennent une autre conversation. », Il sous-entend jusqu’à ce qu’ils entreprennent un discours exempt de mécréance.

 

« Sinon, vous serez comme eux ». Il s’agit ici de l’obligation d’éviter ceux qui se livrent à la désobéissance, quand ils agissent de façon répréhensible. En effet, celui qui n’évite pas leur fréquentation, c’est comme s’il agréait leur manière d’agir. Or, agréer la mécréance est de la mécréance. Allah, qu’Il soit glorifié et exalté a dit : « Sinon, vous serez comme eux ». Ainsi, quiconque prend part à une assemblée dont les membres se livrent à la désobéissance, sans les blâmer pour cela, partage avec eux le fardeau de leur péché. Il est nécessaire de les blâmer s’ils parlent et agissent dans un esprit de désobéissance. Si l’on est dans l’incapacité de le faire, il faut au moins leur fausser compagnie, afin de ne pas appartenir aux gens qui sont décrits dans ce verset.

 

On a rapporté au sujet de ‘Omar ibn ‘Abd al-‘Azîz -qu’Allah soit satisfait de lui- que celui-ci s’était rendu victorieux d’une tribu où l’on buvait des boissons alcoolisées. On lui fit part d’un homme d’entre eux, qui s’abstenait de cette pratique. Alors, pour l’éduquer, il lui récita ce verset : « Sinon, vous serez comme eux », ce qui revient à dire qu’agréer le pêché est un pêché. C’est pour cette raison que celui qui agit en pêcheur et celui qui agrée son acte, endureront de la même façon le châtiment réservé aux désobéissants ; l’un comme l’autre seront maudits. Cet exemple ne s’applique pas forcément dans tous les cas, mais il montre bien la nécessité d’employer comme preuve le jugement sur l’apparence. Un tel exemple constitue un précédent qui doit être pris comme modèle.

 

S’il est établi qu’on se doit d’éviter les gens qui désobéissent, ainsi que nous l’avons démontré, alors les premiers à éviter sont les partisans de l’innovation et ceux qui s’adonnent à leurs passions.

 

Al-Kalbî a dit : « Lorsqu’Allah a dit : « alors ne vous asseyez point avec ceux-là jusqu’à ce qu’ils entreprennent une autre conversation. », Il a abrogé le verset suivant : « Leur compte n’incombe en rien à ceux qui se comportent en piété […] »[7]. La plupart des commentateurs ont dit que c’est ce verset[8] qui fait autorité.

 

Joubair a raconté, d’après ad-Dhahâk : « Ce verset[9] a apporté un amendement dans la religion qui s‘applique désormais jusqu’au jour de la Résurrection. » »

 

 

Source : Al Jâmi‘ li Ahkâm-i l-Qur’ân.



[1] Sourate 4, verset 140.

[2] Sourate 6, verset 68.

[3] C’est-à-dire. : “Il avait fait descendre / révélé”.

[4] Sourate 4, verset 139.

[5] C’est-à-dire. : “il est descendu / il a été révélé”.

[6] C’est-à-dire. : littéralement en arabe : “auxquels on mécroit”.

[7] Sourate 6, verset 69.

[8] En parlant de la Sourate 4, verset 140.

[9] En parlant de la Sourate 4, verset 140.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents